Témoignage Client Alizée Nolot – Office Manager

La QVT, une démarche globale 

Dans la TPE Conecs, l’approche de la QVT vise à répondre au mieux aux attentes des collaborateurs, aux différentes étapes de leur vie dans l’entreprise.

Alizée Nolot (Office Manager) nous en montre les différents aspects et la grande diversité des sujets abordés.

1- Comment définiriez-vous la Qualité de vie au Travail ?

Pour nous, c’est un ensemble de petites actions à mettre en œuvre dans différentes sphères afin que le collaborateur se sente bien et puisse exercer son travail dans les meilleures conditions. En lui apportant le meilleur, il donne le meilleur de lui-même : c’est un cercle vertueux !

2-Concrètement, comment travaillez-vous sur la QVT dans votre entreprise ?

Les champs d’actions sont multiples. Cela commence avant même l’intégration : nous avons un process de recrutement rapide, entre la parution de l’annonce, les entretiens avec différents membres chez Conecs et la réponse donnée. Le nouveau collaborateur doit se sentir attendu et bien accueilli.

Ainsi, lorsque la personne arrive, son ordinateur et les outils sont déjà paramétrés, son bureau installé, les collaborateurs sont prévenus afin de lui réserver le meilleur accueil possible. Si elle n’a pas eu le temps de rencontrer tout le monde, l’occasion lui est donnée lors de notre réunion d’information bi-mensuelle, où sont présentées les actualités du marché, de la société et des différents services.

Nous travaillons essentiellement sur écran alors nous faisons régulièrement des communications sur l’importance de s’étirer, prendre une pause, nous avons fait intervenir une ergonome ainsi qu’une spécialiste des TMS, nous proposons du matériel adapté. Avec le télétravail d’abord « forcé » (pendant les confinements) puis « à la carte » (accord collectif autorisant jusqu’à 50% de distanciel), nous avons réalisé une charte de bonnes pratiques à la fois pour le collaborateur et son manager (avec un rappel du droit à la déconnexion par exemple).

Depuis la mise en place du « travail hybride », nous organisons, une journée par mois, une animation commune : ainsi en janvier 2022, nous avons proposé une semaine d’accès à une application de coaching sportif afin de se préparer pour un teambuilding sportif à distance ; en mars, une intervenante est venue pour nous faire échanger en groupe sur les impacts du télétravail chez Conecs ; en avril, les collaborateurs qui le souhaitaient ont pu suivre une formation SST (nous sommes ainsi 11 sur 20 à être SST !) ; en mai, nous avons fait un atelier sur le thème de l’importance de la communication et de la collaboration, avec des jeux,…

Lors du mariage d’un(e) collaborateur, nous offrons une carte-cadeau et des cadeaux personnalisés lorsqu’il s’agit de naissance ; tous les salariés ont une carte-cadeau à Noël.

Nous réalisons des enquêtes trimestrielles (avec Bloomin !) afin de savoir comment se sentent les collaborateurs et cela permet de leur poser des questions sur un thème donné (dernièrement : la communication chez Conecs, les animations qu’ils aimeraient faire, etc.)

Chaque année, un point est fait sur les besoins en formation et nous faisons en sorte que les collaborateurs puissent les suivre. Dernièrement, tous les managers ont suivi des formations sur le leadership et le management.

Le CSE est également très actif, avec des réalisations concrètes : dématérialisation des bulletins de salaire, accord d’intéressement et PEE, révision de l’accord de télétravail, révision des formulaires d’entretien annuel/semestriel, achat de Fat Boy, etc.

L’offboarding est également important : les collaborateurs organisent leurs pots de départ s’ils le souhaitent et, dans tous les cas, une carte cadeau leur est remis de la part de la direction tandis que les collègues se cotisent pour offrir des cadeaux personnalisés.

3-Avez-vous une bonne pratique ou un projet en particulier à partager avec nos lecteurs ? Quel a été l’impact ?

Comme indiqué plus haut, c’est vraiment un ensemble de bonnes pratiques. Les collaborateurs sont souvent contents des attentions portées, nous remercient pour ce qui est mis en place. Pour Pâques, par exemple, ils ont été ravis de découvrir sur chacun de leur bureau une grosse boite de chocolats qu’ils ont pu partager avec leurs proches !

Ce qui est aussi important, c’est aussi de se renouveler, de ne pas tomber dans la routine et de laisser la place à nos collaborateurs. Récemment, une de nos salariés a eu l’idée d’organiser une « pause-café » virtuelle de 30 minutes le vendredi (jour très télétravaillé…). Cela a bien plu et maintenant, un vendredi sur deux, un salarié organise une « pause-café » sur un thème de son choix.

4-Quels conseils donneriez-vous à une entreprise qui veut se lancer sur le sujet ?

On ne parle désormais plus de « qualité de vie au travail », mais de « qualité de vie et des conditions de travail » : il est indispensable d’offrir de bonnes conditions de travail avant de proposer des afterworks ou d’installer un babyfoot. Et il est vraiment essentiel d’impliquer le collaborateur et de lui demander son avis : par exemple, suite à une de nos enquêtes trimestrielles, on s’est rendu compte qu’un abonnement à la salle de sport n’était pas un avantage souhaité ! 

Nous pensons également que tous ces « petits gestes » doivent aller de pair avec un management au quotidien naturellement bienveillant. Ce qui compte c’est de bâtir quelque chose sur la durée, pas de « faire des coups ».